b la consigne

 

Exclus des lieux de vie, silencieux, calmes, en chômage obligé, ils attendent qu'un archéologue s'intéresse à eux.  Nul doute qu'une telle punition crie à l'injustice.  Leur crime, celui d'avoir voyagé par mer, par air et pour certains par dos de chameaux, des jours et des jours, parfois des semaines pour acheminer tout le nécessaire à notre survie dans des régions refuges.  Pour les autres, les sédentaires, leur condamnation implique leur rôle de complicité d'avoir emprisonné une mémoire qui s'efface au fond d'un grenier.  Tous sommeillent actuellement dans un endroit discret totalement oublié, dans une totale négligence pour certains.  Le réveil de ces objets ne pouvait se concevoir qu'entre les mains d'un créateur, celles d'un artiste habitué à donner vie aux objets morts, aux sentiments invisibles qui réapparaissent avec luminosité aux yeux de tous.  Défi difficile pour l'artiste de confiner dans cet espace clos un dialogue avec le visiteur-explorateur que nous sommes tous devenus aujourd'hui et avec nos prochaines générations à venir.  Osons parier que cette fin de consigne leur soit bénéfique avec le partage d'une nouvelle relation intime dans notre quotidien.
                                                                                                                         Bernard Boigelot

IMG_0123

Collage : papier, tuile , sable.